Aller au contenu

L’architecture et l’urbanisme à Rennes – 5

La balconisation

Lors de l’habillage de ces immeubles, du camouflage devrais-je dire ? Il est un élément remarquable et récurrent qui semble passer inaperçu, le balcon. Des balcons partout, de plus en plus proéminents, qui parsèment chaque bâtiment, utilisé à la fois pour créer des effets de structure, des silhouettes, des habillages en fait, même dans les régions les moins favorables au farniente. Les formes de ces balcons sont elles-mêmes sujettes aux modes. Sur les infographies, média indissociable de l’architecture actuelle, ces balcons sont peuplés de personnes souriantes, vous pouvez visiter ces quartiers à la belle saison, je vous mets au défi de croiser une telle fréquentation sur les balcons, lieux de débarras où l’on fait pousser quelques plantes pour se rassurer.

Nous sommes ici à Bruz, il faut bien changer un peu, pour nos premiers balcons
Nous sommes ici à Bruz, il faut bien changer un peu, pour nos premiers balcons

 

Sur cet immeuble du quartier des Dominos à la Courouze, Saint-Jacques-de-la-Lande, nous voyons les balcons à l’Est et nous apercevons ceux qui sont situés au Sud et à l’Ouest, la pauvre façade Nord n’y a pas droit
Sur cet immeuble du quartier des Dominos à la Courouze, Saint-Jacques-de-la-Lande, nous voyons les balcons à l’Est et nous apercevons ceux qui sont situés au Sud et à l’Ouest, la pauvre façade Nord n’y a pas droit

Il y a aussi les structures inutiles à vocation décoratives, des murs orphelins et percés, des poutres de béton ou métalliques aux fonctions esthétiques ! Pathétique et ridicule effort d’embellissement dont les éléments ne résistant pas aux intempéries deviennent des outrages aux bâtiments.

Un exemple parmi de nombreux autres (ouvrez les yeux et observez autour de vous), avec des balcons, mais surtout des structures en béton purement décoratives et qui se salissent déjà bien que l’immeuble soit récent — Avenue du Bois Labbe dans le quartier de Beauregard, Rennes
Un exemple parmi de nombreux autres (ouvrez les yeux et observez autour de vous), avec des balcons, mais surtout des structures en béton purement décoratives et qui se salissent déjà bien que l’immeuble soit récent — Avenue du Bois Labbe dans le quartier de Beauregard, Rennes

Les artistes modernes sont une source inépuisable d’inspiration pour nos architectes, Mondrian et quelques autres artistes se sont fait « pomper » intensivement bien que leurs œuvres ne soient pas encore dans le domaine public… Il n’y a rien de déshonorant à s’inspirer des réalisations antérieures, cela s’est toujours fait ; mais pourquoi alors ces critiques à Rennes envers Jean-Baptiste Martenot, architecte de la ville de 1858 à 1895, l’un des plus prolixes qui a embelli le centre-ville par ses réalisations ? Par contre, que les architectes de nos jours aillent chercher leur inspiration jusqu’à la nausée chez des artistes contemporains, sans même y faire référence, ou chez leurs confrères, cela ne semble gêner personne.

Habillage plus recherché, en tôle, pour une résidence universitaire à Villejean
Habillage plus recherché, en tôle, pour une résidence universitaire à Villejean

 

Un exemple de l’absence de gouvernance urbanistique, Les Dominos de la Courrouze à Rennes, en fait Saint-Jacques-de-la-Lande. Ces immeubles surplombent le périphérique et leur construction a débuté par les éléments situés à droite de l’image. Quand la troisième barre a été construite, on pouvait s’attendre à une reprise de l’esthétique des deux premières, cela aurait produit un effet de rythme. Mais, non, le constructeur n’était pas le même, il s’agit d’ailleurs du siège social de ce constructeur, donc l’architecture devait être différente ! On a espéré un moment que l’immeuble n’était pas fini, eh bien si ! nous sommes devant un exemple de cacophonie avec une barre au style béton nu si prisé aujourd’hui.
Un exemple de l’absence de gouvernance urbanistique, Les Dominos de la Courrouze à Rennes, en fait Saint-Jacques-de-la-Lande. Ces immeubles surplombent le périphérique et leur construction a débuté par les éléments situés à droite de l’image. Quand la troisième barre a été construite, on pouvait s’attendre à une reprise de l’esthétique des deux premières, cela aurait produit un effet de rythme. Mais, non, le constructeur n’était pas le même, il s’agit d’ailleurs du siège social de ce constructeur, donc l’architecture devait être différente ! On a espéré un moment que l’immeuble n’était pas fini, eh bien si ! nous sommes devant un exemple de cacophonie avec une barre au style béton nu si prisé aujourd’hui.

 

1 – Pourquoi ne construit-on plus aussi beau qu’autrefois ;

2 – Stérilisation des rez-de-chaussée ;

3 – La Morinais, Saint-Jacques-de-la-Lande ;

4 – Habillage (le cladding) et l’isolation ;

5 – La balconisation ;

6 – La ZUP en centre-ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *